Sport et grossesse : conseils et erreurs à éviter

Sport et grossesse

Une grossesse ne nécessite pas d’arrêter la pratique du sport. Bien au contraire, avec tous les changements hormonaux et physiques qui s’annoncent durant 9 mois, il peut être bon d’entretenir sa forme, de limiter sa prise de poids et d’évacuer son stress. Mais tous les sports ne sont pas conseillés pendant une grossesse. Les professionnels recommandent d’éviter certains sports à risques pour favoriser les sports doux. Certaines activités sont parfaites pour pallier certains maux de la grossesse, comme les maux de dos, les douleurs abdominales, etc..

Quels sports pratiquer quand on est enceinte ? Quelles sont les erreurs à ne pas faire pour ne prendre aucun risque ?

Bonne et mauvaise pratique du sport durant la grossesse, on fait le point !

Les bienfaits du sport pendant la grossesse

La pratique du sport peut être une cause d’inquiétude chez les femmes enceintes. De peur de faire une fausse couche ou de connaître un souci pendant la gestation, les femmes stoppent alors toutes activités. Pourtant, lorsqu’une grossesse se déroule bien, il n’y a pas de raison de cesser la pratique du sport. Il faut simplement modifier certaines pratiques en optant pour des activités dites « douces ».

Le fait de s’entraîner régulièrement ou de s’adonner au sport une à deux fois par semaine maintient une bonne condition physique, oxygène le corps, entretient le souffle et réduit les risques de faire du diabète gestationnel. Mais la pratique du sport est également utile pour limiter les douleurs dorsales et abdominales.

Enfin, l’une des raisons principales qui poussent les femmes enceintes à continuer le sport enceinte, est de limiter sa prise de poids, mais attention pas de régimes ou de sport à outrance…Faites vous accompagner par des professionnels de santé dont le suivi peut être remboursé par des compagnies d’assurance comme Groupama et sa mutuelle santé par exemple.

Les sports à privilégier pendant la grossesse

sports à privilégier pendant la grossesse

En toute logique, les sports doux sont à privilégier pour une pratique en toute sécurité. Gymnastique, vélo d’appartement, natation, yoga, méditation, marche rapide, plusieurs sports sont conseillés. Parmi les meilleurs sports à pratiquer enceinte, on cite en tête de liste la natation. Cette dernière fait d’ailleurs partie des programmes proposés pour la préparation à l’accouchement. La natation renforce les muscles du périnée et améliore la condition physique de manière très douce. Elle est aussi parfaite pour les femmes qui souffrent de problèmes de circulations sanguines, de jambes lourdes ou de rétention d’eau.

Vient ensuite la pratique du yoga. Le yoga prénatal contribue à mieux gérer son stress, à préparer l’accouchement, mais aussi et surtout à entretenir sa silhouette et travailler son souffle. Les différentes postures sont à adapter à votre condition physique.

Enfin, on peut profiter facilement des nombreux bienfaits de la marche à pied, que l’on soit sportive ou débutante. Il faudra toutefois l’éviter si l’on a mal au dos car la posture a tendance à pousser le ventre vers l’avant, ce qui renforce les douleurs.

Quels sports éviter pendant la grossesse ?

Au cours d’une grossesse, il faut éviter tous sports à risque de traumatismes. Toutes les activités qui pourraient engendrer une chute ou un traumatisme sont donc à proscrire. Oubliez la boxe, le volley, les sports collectifs où vous pourriez être heurtée ou autres.

Pour limiter le risque de fausse couche, il vous faudra aussi éviter toutes les activités qui vous essoufflent et vous privent d’oxygène (le cardio à haut intensité, la plongée sous marine, etc).

Qu’en-est-il de la course à pied ? Beaucoup de coureuses s’interrogent sur les possibilités de maintenir leurs entraînements une fois enceinte. Si vous êtes une habituée, et sur conseils seulement de votre gynécologue, vous pouvez être autorisée à continuer la course à pied en adaptant votre rythme et la durée de vos courses. Mais si vous êtes débutante, ce n’est pas le moment pour vous mettre à courir. Vous prendriez des risques inutiles pour vous et votre bébé (fausse couche, pertes de sang, essoufflement, etc…).

En ce qui concerne les abdominaux pour continuer à sculpter sa silhouette, ils sont possibles, mais pas tous. Les abdominaux classiques type crunch sont à proscrire de vos entraînements. Enceinte, on travaille ses abdos avec des exercices axés sur la respiration profonde et des postures adaptées.

Les règles d’or d’une bonne pratique sportive pendant la grossesse

natation pendant la grossesse

Demander l’autorisation à son médecin

Certaines grossesses à risques ne permettent pas de pratiquer le sport librement (placenta praevia, problèmes cardio vasculaire, grosses gémellaires, etc). Il convient avant tout de s’assurer que votre condition physique ne requiert aucune interdiction ou contre-indication auprès du professionnel de santé qui suit votre grossesse.

Des séances courtes et régulières

Que vous débutiez ou que vous poursuiviez vos entraînements sportifs durant la grossesse, ce qui importe est d’adapter votre rythme à votre condition actuelle. Aussi, oubliez les entraînements sportifs de longue durée et privilégiez des séances courtes mais régulières.

Rester à l’écoute de son corps

C’est un point primordial. Toute douleur, gêne ou symptômes doivent immédiatement vous alerter. Si vous avez ressenti quelque chose d’inhabituel pendant ou après votre séance de sport, parlez-en à votre médecin.

Article précédentZoom sur le régime cétogène pour perdre du poids efficacement et durablement
Article suivantSportifs : ménagez vos articulations !
Coach sportif professionnel, je propose mes services d’objectif minceur, de remise en forme ou de prise de muscle de manière individuelle et personnalisée sur Paris. Passionné par de nombreux sports depuis tout petit, je vous partage dans ce blog une partie de ma passion!