Que muscle le tennis?

que muscle le tennis ?

Le tennis est une activité sportive des plus complètes pour l’organisme. Outre la fonction cardio-respiratoire, renforcée par les efforts courts, intenses et répétés sur le court, ainsi que le système neurosensoriel, dont la vision et l’équilibre, elle sollicite également l’ensemble (ou presque) des muscles et des articulations. Membres supérieurs, membres inférieurs, mais aussi tronc et abdomen, tous sont en effet mis à contribution lors d’un match de tennis. La pratique régulière de ce sport contribue donc à renforcer progressivement l’ensemble du corps. Alors, plus concrètement, quels sont les différents muscles impliqués dans la pratique du tennis? Zoom sur toutes les parties du corps musclées par cette activité physique.

Le tennis sollicite aussi le tronc et le bassin

que muscle le tennis ?

Le dos, la poitrine, et la zone abdominale sont des groupes musculaires également très importants dans la pratique du tennis, que ce soit pour les services ou les accélérations de balles pour le tennis au moment d’une frappe, coup droit comme revers. Les différents mouvements de tronc qu’exigent les frappes puissantes contribuent en effet à muscler l’ensemble de ces régions musculaires.

Ainsi, les abdominaux (obliques, droits et transverses), mais aussi les muscles du dos (grand dorsal, rhomboïdes, lombaires…), qui protègent la colonne vertébrale et assurent le maintien de la posture, sont particulièrement mis à contribution lors des services et des frappes.

Le tennis sollicite les muscles des membres inférieurs

que muscle le tennis ?

Le tennis implique des courses rapides vers l’avant, des déplacements vers l’arrière, des accélérations latérales, des pointes de vitesse, des changement de direction, ou encore des freinages nets. Ces efforts, brefs, intenses, et répétés pendant toute la durée du match – il faut savoir qu’un match de tennis peut parfois se prolonger plus de 3-4 heures – contribuent non seulement à augmenter la capacité cardiopulmonaire, mais aussi à renforcer de manière considérable les muscles des membres inférieurs. Des pieds aux chevilles, en passant par l’ensemble de la jambe et le fessier, tous les muscles et articulations sont, à un moment ou à un autre de l’action, sollicités. Lorsque l’on se déplace vers l’avant, vers l’arrière, ou encore de manière latérale, ce ne sont en effet pas les mêmes groupes musculaires qui travaillent. D’où l’intérêt du tennis pour tonifier le corps de manière homogène et esthétique.

Ainsi, les principaux groupes musculaires inférieurs sollicités lors d’un match de tennis sont:

  •  Les muscles du mollet: le mollet se compose de 3 muscles principaux (les gastrocnémiens et le soléaire), qui sont mis à rude épreuve dans la pratique du tennis, en particulier lors des accélérations et prises d’impulsion.
  • Les ischio-jambiers: situés sur la partie arrière de la cuisse, les muscles ischio-jambiers (biceps fémoral, semi-tendineux et semi-membraneux) contribuent à la bonne flexion de la jambe. Ils sont fondamentaux pour les déplacements rapides qu’exige le tennis.
  • Les quadriceps: Le vaste fémoral, le vaste latéral, le vaste médial et le vaste intermédiaire se trouvent sur la partie avant de la cuisse. Impliqués dans la quasi-totalité des mouvements de la jambe, ils sont donc particulièrement sollicités dans la pratique du tennis.
  • Les fessiers: Indispensables à la mobilité des jambes et au bon maintien du bassin, les muscles fessiers (aussi appelés glutéaux) sont très utilisés au tennis, qui comporte beaucoup de mouvements de squats et de fentes.

Le tennis sollicite les muscles des membres supérieurs

que muscle le tennis ?

Les muscles inférieurs ne sont pas les seuls mis à contribution lors d’un match de tennis. La prise de raquette et les mouvements de frappe – revers comme coups droits – impliquent également, et de façon intense, l’ensemble des muscles de la partie supérieure du corps. Les bras, les avant-bras et les épaules se voient ainsi progressivement sculptés par une pratique régulière du tennis.

Parmi les principaux groupes musculaires supérieurs musclés par le tennis, on retrouve donc:

  • les épaules: les épaules forment un vaste groupe musculaire composé, entre autres, des trapèzes, des deltoïdes, du grand dentelé, du subscapulaire, de l’angulaire, ou encore du petit rond. Ce sont, en quelques sorte, tous les muscles qui relient les bras au tronc. Les mouvements de rotation et d’élévation induits par les frappes du tennis, quelles qu’elles soient, contribuent à muscler les épaules.
  • les biceps: situés sur la partie antérieure du bras, entre l’épaule et le coude, les biceps sont eux aussi mis à contribution lors des frappes et de la prise de raquette. Ils permettent en effet la bonne flexion et rotation des bras.
  • les triceps: les triceps, composés du vaste externe, du vaste interne, et du long chef, se trouvent sur la partie arrière (ou interne) du bras, entre l’épaule et le coude. Ils contribuent à l’extension de l’avant-bras et sont donc particulièrement sollicités lors des mouvements de rotation du poignet qu’implique le tennis (lob, lift, smash, amorties, …).

 

Article précédentCurl marteau : comment bien le réaliser ?
Article suivantFitgirl : top 12 des meilleures influenceuses fitness française
Coach sportif professionnel, je propose mes services d’objectif minceur, de remise en forme ou de prise de muscle de manière individuelle et personnalisée sur Paris. Passionné par de nombreux sports depuis tout petit, je vous partage dans ce blog une partie de ma passion!