Pronation/supination : en quoi cela consiste ?

Pronationsupination en quoi cela consiste

Ces termes sont très fréquemment employés en musculation et en course à pied.

Mais qu’est-ce que la pronation ? Qu’est-ce que la supination ? Quelles différences entre les 2 ? Quel impact sur vos bras ? Et sur vos pieds ? Quelles anomalies possibles ?

Découvrez en quoi consiste la pronation et la supination.

Pronation/supination : quelles différences ?

La supination et la pronation sont des mouvements et des formes de prises. Si vous pratiquez de la musculation, vous savez sans doute de quoi il s’agit.

Pronation/supination du bras

La pronation et la supination correspondent à la position et aux mouvements qu’effectuent vos bras. 

  • En pronation : la paume de main est orientée vers le sol. Les muscles ronds pronateurs et les muscles carrés pronateurs induisent le mouvement (cf voir les tractions en pronation). 
  • En supination : la paume de main est orientée vers le ciel. Le muscle court supinateur, qui se situe dans la loge latérale de l’avant-bras, permet ce mouvement.

En musculation, il est très fréquent de changer de type de prise pour travailler différents muscles.

Pronation/supination du pied

Il existe également des mouvements de pronation et de supination au niveau du pied. Ces gestes sont particulièrement répétés lorsque l’on fait de la course à pied.

En effet, le pied effectue différents mouvements :

  • tout commence par le contact du talon sur le sol : l’arrière-pied est en supination ;
  • le bord interne du pied prend progressivement contact avec le sol : le pied est en pronation ;
  • le pied continue son chemin et amorce la propulsion. L’énergie passe de l’arrière à l’avant du pied : il est de nouveau en supination ;
  • le talon se décolle, le pied est en phase de poussée : il est en pronation.

Selon le type de coureur, la position du pied peut varier. Tout le monde passe par les phases de pronation et de supination. Cependant, elles sont plus ou moins prononcées selon le coureur. Il est nécessaire de savoir si vous avez un pied plutôt pronateur ou plutôt supinateur afin de bien choisir vos chaussures de course.

Par exemple, si vous avez un pied pronateur, cela signifie que vous appuyez davantage sur la partie interne du pied. Dans ce cas, optez pour des baskets avec des semelles renforcées au niveau de la partie intérieure. Cela favorise un meilleur maintien du pied et un mouvement plus efficace. Vous limitez donc le risque de blessure.

Pathologies du bras 

Pronation supination enfant
@EvelyneLachanceOstéopathe

Ces mouvements peuvent induire certaines pathologies. Or, vous serez amenés à réaliser des gestes en pronation et en supination toute votre vie. En cas de douleurs, il faut donc consulter rapidement.

Subluxation chez l’enfant

Il est possible que la pronation soit douloureuse, notamment chez les enfants de moins de 4 ans

L’enfant ne peut plus saisir d’objet ni tourner son bras en pronation sans avoir mal. Cela est dû à une subluxation de la tête du radius.

La cause est généralement une traction brutale sur la main et ou l’avant-bras de l’enfant par un adulte. À titre d’exemple, vous marchez tout en tenant la main de votre enfant et il tombe. Le réflexe est bien souvent de vouloir le relever en tirant sa main/son bras vers le haut.

Bien évidemment, il suffit parfois d’une simple chute ou d’une torsion du coude pour que les douleurs en pronation apparaissent.

Le coude du golfeur

L’épicondylite médiale est une autre pathologie possible qui empêche la prise en pronation. Le muscle rond pronateur est surmené et cela provoque une inflammation des tendons.

Cette anomalie est aussi connue sous le nom de “coude du golfeur”.

Pathologies du pied 

Souvent, les coureurs sont victimes de la position de leur pied. Il existe des façons simples de remédier et de prévenir la douleur.

Sur pronation du pied

Lorsque vous courez, il est possible que vos mouvements induisent une pronation importante. À force, cela peut abîmer vos tissus. Ce sont les articulations de la cheville, du genou et de la hanche qui sont touchées.

Il est important de traiter le problème rapidement. Si vous laissez traîner, vous risquez des lésions graves et irréversibles.

Mais pourquoi cette douleur survient-elle ? Et comment la traiter ?

  • Une jambe plus courte que l’autre : tout le monde a un décalage. Il est plus important chez certaines personnes. Des semelles orthopédiques peuvent permettre de compenser.
  • Des semelles trop molles : attention aux chaussures de course que vous choisissez. Si la semelle est trop molle, votre pied s’enfonce et vous induisez davantage de pronation. Choisissez des chaussures à semelles plutôt dures.
  • Une mauvaise technique : en apparence, courir est très facile. Mais attention à vos foulées. Si vous avez des douleurs, c’est sans doute qu’il faut corriger rapidement vos prises d’appui sur le sol.
  • Un excès de fatigue : courir c’est bien mais prendre du temps de repos aussi. Si vous n’écoutez pas votre corps, vous fatiguez. Vous êtes moins performant et beaucoup moins vigilant. Vous ne prêtez plus attention à vos appuis. Vous risquez de vous faire mal.

Conclusion

Vous utilisez la pronation et la supination plusieurs fois par jour sans vous en rendre compte. Soyez donc vigilant. Prenez soin de vos articulations afin de ne pas souffrir de ces mouvements.

Article précédentTriceps sural : exercices pour l’étirer et le travailler
Article suivantPourquoi faire de la muscu avec un coach sportif ?
Coach sportif professionnel, je propose mes services d’objectif minceur, de remise en forme ou de prise de muscle de manière individuelle et personnalisée sur Paris. Passionné par de nombreux sports depuis tout petit, je vous partage dans ce blog une partie de ma passion!