Calcul IMC : comment calculer et interpréter son indice de masse corporelle?

IMC calculer son indice de masse corporel

Qu’est-ce que cet IMC qu’en consultation, votre médecin voudrait calculer ? Pourquoi votre nutritionniste s’y intéresse-t-il également ? Mais de quoi s’agit-il en réalité ? Cet indicateur corporel est-il fiable ? Éléments de réponse autour de l’IMC, son utilité et la méthode employée pour le calculer.

Vous en avez certainement déjà entendu parlé dans le domaine médical : votre indice de masse corporelle autrement appelé l’IMC. Indicateur d’évaluation de la corpulence, c’est une référence dans des dizaines de pays.

Qu’est-ce que l’IMC ou indice de masse corporelle ?

Il existe trois lettres qui ont le pouvoir de déterminer si l’on est en surpoids ou non : IMC.

Comprendre l’Indice de Masse Corporelle. Il s’agit d’un indicateur global de corpulence, qui prend en compte des variables comme la taille et le poids de la personne. Le fait qu’il tienne compte du sexe, de l’âge, de la taille, le rend plus efficace et représentatif. Avec ce type de calcul, il ne suffit pas de monter sur une balance. Parce que, ne nous leurrons pas. Se peser grâce à une balance et voir s’afficher 80 kilos n’a pas la même valeur si l’on mesure 1m90 ou 1m40, si l’on a beaucoup de muscle, si l’on attend un enfant ou si l’on est un enfant qui n’a pas terminé sa croissance.

Il ne s’agit pas d’une donnée absolue, mais d’une indication évaluée avec plusieurs facteurs. Grâce à lui, on peut commencer à déterminer si le poids (pas assez ou trop d’ailleurs) est un risque avéré pour la santé d’une personne en particulier.

Adopté depuis la fin des années 1990 par l’Organisation mondiale de la santé comme le calcul standard et une échelle des problèmes de maigreur, poids et surpoids, il est utilisé internationalement. Il faut cependant faire attention, car son interprétation peut varier légèrement selon les pays.

L’IMC a été imaginé au cours du XIXe siècle par un statisticien belge, Antoine Quetelet, qui dans un premier temps a donné son nom à cet indice. Cette valeur moyenne prend donc en compte à la fois le poids mais aussi d’autres facteurs qui peuvent entrer en ligne de compte comme l’âge, la taille et le sexe. On doit aussi remettre l’IMC en contexte (la personne est-elle atteinte d’une quelconque maladie qui influe sur son poids, a-t-elle déjà eu des enfants, pratique-t-elle de l’activité physique régulièrement, souffre-t-elle d’un désordre hormonal ?). Mais nous reparlerons de l’interprétation du résultat.

C’est l’indicateur le plus courant au monde, notamment pour les médecins, les nutritionnistes et les diététiciens. En général, c’est une des premières choses que l’on détermine au début d’un suivi diététique, notamment pour une perte de poids. Attention, même si cet indice est une référence pour la détection de l’obésité et dans la préservation de la santé, il n’est pas une référence unique.

Comment calculer son IMC?

On peut déterminer un IMC dès l’âge de 2 ans. Pour autant, ce calcul n’a pas de valeur quand il s’agit d’une femme enceinte, d’un senior, d’un athlète de haut niveau ou d’une personne avec beaucoup de muscles, car il sera faussé.

La formule de calcul est relativement simple :

On divise le poids en kilos par la taille au carré.

Exemple de calcul de l’IMC d’une femme de 60 kg et mesurant 1,69 m aura un IMC de 21 car :

60 divisé par 1,69² = environ 21

Calculateur d’IMC en ligne :

Utilisez notre calculateur d’IMC en ligne ci-dessous pour vous faciliter les choses :

170
Sélectionnez votre taille en cm
70
Sélectionnez votre poids en kg
Votre IMC :

Correspondance du résultat

calcul-IMC-indice-de-masse-corporelle

Le résultat rentre dans une échelle pré-établie à l’avance, où l’on a un IMC inférieur, un dans la moyenne et un supérieur, avec des tranches différentes. Voyez plutôt.

IMC (calculé en kilo par mètre au carré)Échelle de l’OMS
Moins de 16,5Dénutrition, état de “famine”
De 16,5 à 18,5Maigreur
De 18,5 à 25Corpulence normale
De 25 à 30Surpoids
De 30 à 35Obésité modérée
De 35 à 40Obésité sévère
Plus de 40Obésité morbide ou massive

 

Ce qui compte tout autant que ce fameux calcul de son Indice de Masse Corporel, c’est l’interprétation que l’on peut en faire. Car le résultat trouvé n’a pas toujours une valeur en lui-même s’il n’est pas mis un minimum en perspective.

Et sans aller jusqu’à l’interprétation du résultat, l’IMC a certains défauts, qu’un médecin spécialisé pourra lisser, alors qu’un site Internet ne pourra rien faire.

L’IMC ne prend pas en compte votre masse musculaire, la quantité de graisse accumulée ou l’endroit où elle s’est déposé (certaines régions du corps sont considérées comme plus à risque que d’autres). Le volume général de la personne, ses problèmes de diabète et son cholestérol ou encore son taux de rétention d’eau sont des facteurs importants, mis de côté par le calcul. Heureusement, les consultations diététiques en tiennent compte.

Existe-t-il une différence pour l’IMC entre les femmes et les hommes ?

Le valeur calculée de son IMC est le même que vous soyez un homme ou une femme. La donnée à prendre en compte, c’est la taille, une possible grossesse ou une période d’allaitement, qui faussent la donne, ainsi que l’âge. A partir d’un certain âge, il n’est plus utile de s’intéresser durablement à l’IMC.

L’Indice de Masse Corporel pour les enfants?

Chez les plus jeunes, le calcul de l’IMC est à corréler avec une courbe de corpulence. A partir de 97e percentile, l’enfant se trouve en situation de surpoids, sur le chemin d’une obésité modérée.

Ce calcul ne peut être livré que par un professionnel, surtout dans un cas pédiatrique et son interprétation doit faire l’objet d’une analyse poussée. Encore une fois, les calculs livrés sur Internet ne font pas loi;

Comment l’interprète-t-on ?

Une fois que l’on a notre résultat, basé sur notre tableau, on peut savoir si l’on se situe dans la tranche inférieure, moyenne ou supérieure.

En dessous de 18,5, la personne est maigre. Mais pas maigre comme on le dirait d’un mannequin dont on trouve qu’elle manque de forme, non. On parle d’une maigreur au sens médical du terme. La personne est dans une extrême, qu’il faut voir à traiter médicalement. On lui conseillera de prendre ce que l’on appelle dans ce cas du “bon poids”, le genre qui n’impacte pas la santé. A tout le moins, elle doit en prendre conscience si ce n’est pas déjà le cas. Ce cas relève d’un suivi par un spécialiste.

Entre 18,5 et 25, il n’y a pas d’inquiétude à avoir, votre poids est considéré dans la moyenne. Cela signifie qu’en fonction de la taille, de l’âge et du sexe, le poids est idéal, il n’y a rien à changer – et si des changements sont désirés, ils sont certainement d’ordre esthétique…

En revanche, au-delà de 25, c’est l’échelle du surpoids qui commence, avec des gradations.

A partir de 30, l’on sait que le poids peut avoir des risques pour la santé, entraînant notamment des maladies cardio-vasculaires et des accidents, souvent mortels. Il faut donc réagir. Le médecin qui a calculé votre IMC vous conseillera si vous souhaitez perdre du poids.

Un IMC à 31 par exemple ne signifie pas forcément que vous allez vous écrouler foudroyé par un AVC demain matin. Mais vous devez en tenir compte pour votre santé.

Rappelons toutefois que ces résultats, cette échelle doit être prise comme un outil, en tenant compte d’autres éléments, comme la santé au préalable, la grossesse potentielle ou la masse musculaire, ainsi que le type d’activité physique pratiquée, qui est une bonne indication. Le morphotype (mésomorphe, éctomorphe ou endomorphe) de chacun est aussi en prendre en compte

Y a-t-il des limites dans l’interprétation de l’IMC ?

Ces limites sont les mêmes que l’on a évoquées plus au haut : l’IMC doit être considéré comme un simple outil, qu’il faut remettre en perspective, et pas comme une fin en soi.

Quand vous faites beaucoup de sport, quand vous êtes en phase de développement musculaire, le rapport masse musculature/masse grasse n’est pas pris en compte, seulement votre poids en général. D’ailleurs, on pèse généralement plus lourd quand on est musclé, car le muscle est plus dense que la graisse. Les antécédents, les affections, ne sont pas prises en comptes elles non plus. La grossesse, l’origine ethnique, la morphologie sont importantes pour déterminer si une personne est en situation de surpoids. C’est pourtant là des données importantes pour savoir quels risques votre poids vous fait prendre. Par exemple : le cas de la graisse abdominale. Localisée dans cette partie du corps, elle constitue un danger supplémentaire pour la santé. Ce qui est moins le cas pour de la graisse sur les fessiers ou les jambes pour ne pas les citer.

Ces données précédemment citées ne sont pas des critères étudiés pour l’indice de masse corporelle.

L’IMC doit donc être pondéré avec d’autres outils. Il est important de se rappeler que c’est un outil à mettre en perspective. Trop de gens calculent leur indice de masse corporelle en ligne, sans remise en perspective, sans interprétation concluante et s’en font une valeur-référence. C’est là la limite.

D’ailleurs, certains spécialistes tentent de partir de l’IMC pour déterminer de nouveaux modes de calculs complémentaires. On parle d’un indice de volume ou bien d’un indice de surface corporelle, qui déterminerait où se situe précisément la graisse. Ces calculs sont encore au stade d’élaboration et de validation.

Le calcul de l’IMC en résumé

  • l’Indice de masse Corporel permet de déterminer si l’on est en surpoids ou non.
  • La formule de calcul de l’IMC : poids en kilos divisé par la taille au carré.
  • La valeur de son IMC doit être considéré comme un simple outil, qu’il faut remettre en perspective, et pas comme une fin en soi.
  • Il peut être calculer dès l’âge de 2 ans et ne présente pas de différence entre homme et femme.